LETTRE DE RAPPEL AU SG DE L’ONU (17 Sept 2017)

LETTRE DE RAPPEL AU SG DE L’ONU AINSI QU’AUX REPRÉSENTANTS DES CINQ PAYS MEMBRES PERMANENTS DU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L’ONU

A Monsieur le SG de l’ONU,

Aux Excellences Messieurs les représentants des cinq pays membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations unies appelés à se réunir à New York sur le dossier RD Congo, à savoir :

 

États-Unis d’Amérique,

France,

Royaume-Uni,

Fédération de Russie,

République populaire de Chine.

 

Objet : RDC : Nécessité d’une transition politique de technocrates, en raison de la situation du pays.

 

Messieurs les Représentants,

 

Par la présente, l’honneur nous échoit de vous rappeler notre lettre du 6 janvier 2016 adressée au Secrétaire général, jointe en annexe, au nom du Collectif des intellectuels congolais de la diaspora et de l’intérieur de la RDC. Il s’agit de propositions afin de mettre fin de façon durable à l’instabilité récurrente en RDC. En effet, les élections législatives et présidentielle, selon les termes de la Constitution, auraient dû être organisées à la fin de l’année dernière et ne l’ont pas été, suite au manque de volonté politique du Président Kabila, qui était arrivé à la fin de son deuxième mandat et qui ne devrait plus se représenter, selon les termes de la Constitution.

 

Notre proposition porte sur quatre points, pouvant être résumés comme suit :

 

  1. Renforcement de la présence de l’ONU:

Nous estimons que le retrait prématuré des forces de l’ONU (qui avait été l’objet de plusieurs requêtes irresponsables des autorités de la RDC) ou une diminution de ses effectifs aurait des conséquences humanitaires désastreuses pour la population congolaise.

  1. Nécessité du dialogue entre forces politiques et sociales:

Nous reconnaissons les vertus cardinales du dialogue dans une société en transition vers la démocratie et ne pouvons donc que souhaiter le renforcement du dialogue de toutes les forces politiques et sociales de la RDC. Or, ce dialogue ne devrait pas viser seulement le partage du pouvoir, mais plutôt la recherche de solutions durables pour la stabilité institutionnelle du pays.

  1. Ne pas bâcler le processus électoral:

La doctrine « election first » ou « democracy first » a déjà montré ses limites, dans le monde comme en RDC. A notre sens, il faudrait plutôt privilégier « institution first » pour augmenter la capacité de l’État. Tout montre que les élections actuellement en préparation par la CENI ne seront pas démocratiques et pourront conduire à des contestations susceptibles d’entraîner une autre guerre civile généralisée. Il faut donc avoir le courage de les reporter, afin d’assurer une bonne préparation, et ce, pendant une période de 24 à 36 mois. D’ailleurs, un report de l’élection permettra d’avoir davantage de temps pour mobiliser des ressources et mieux les affecter.

  1. Mise en place d’une transition technocratique:

En attendant l’organisation d’un véritable scrutin démocratique en RDC, il faut un régime de transition, que nous souhaitons technocratique et apolitique, afin d’optimiser les performances du fonctionnement de l’État. Le rôle de cette transition sera de fortifier les institutions et de consolider les capacités de l’État, afin de stabiliser l’ensemble du pays et de lui permettre de fonctionner sur des bases solides, pour un avenir prometteur de la RDC.

En annexe, vous trouverez une synthèse du projet de C.E.T. (Corps exécutif de transition), résumant le sens et la nécessité de cette transition en RD Congo, sous la direction de technocrates. Il faut ainsi contester l’entrée précipitée dans une phase électorale, à un moment où le pays est fragilisé par la crise interne aiguë qu’il traverse sous la direction des acteurs politiques corrompus et inefficaces qui l’y ont mené. Notons que la perspective d’une gouvernance politique de la RDC par des technocrates, en temps de transition ou de mandature normale, est soutenue par la quasi-totalité des Congolais, compte tenu de ce qu’ont offert de négatif jusque-là au pays ceux que l’on appelle les « parvenus au pouvoir ».

 

Par avance, Monsieur le Secrétaire général, Excellences, nous saluons votre volonté d’aider à stabiliser la situation en RDC, un foyer pour 80 millions d’êtres humains, où près de 8 millions de personnes ont péri au cours des deux dernières décennies, en raison de facteurs d’instabilité internes, mais aussi externes, amplifiés par le déficit criant de capacités de l’État, que le CET aidera à combler avant d’organiser des élections crédibles, justes, libres, et donc démocratiques.

Nous serions ravis de vous apporter toute information complémentaire. N’hésitez pas à nous contacter par email : contact@cet-online.com  ou appelez le numéro suivant :(1)-319-504-9213

 

Date : 17 Septembre 2017

Pour le Collectif d’intellectuels rd-congolais réunis autour du projet C.E.T.,

 

  1. Pierre Vile-Linda Sula, DBA, IT Architect, USA
  2. Andy Kelo Keller, PhD, University Professor, USA
  3. Malonga Miatudila, MD, MPH, International Consultant
  4. Paul Kalonda Olamba, PhD, Professeur d’Universite, RDC
  5. Ikonga Wetshay, PhD, Professeur d’Universite, CANADA
  6. Mambo Lumona, MBA, Consultant Finance, CHINA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s

Blog at WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: